6 astuces pour négocier une conversation difficile

tea-party-with-friendsGrâce au yoga que je pratique avec passion, mes études dans diverses universités et ma passion pour la nature humaine,  j’ai selon mes amies une facilité à négocier les situations difficiles. Ce qui m’étonne c’est que pour moi, ces conversations qu’il est nécessaire d’avoir ne sont pas choses simples non plus. Pourquoi mon entourage pense-t-il le contraire ? Et bien parce que malheureusement j’en ai l’habitude… De ma petite enfance où ma maîtresse me targuait d’impertinente car j’osais lui dire le fond de ma pensée, à pas plus tard qu’hier ou je demandais à la jeune fille assise à mes cotés de baisser le volume de sa musique, il m’a toujours semblé vital de m’exprimer pour avancer.

Ceci peut vous sembler un évidence, mais combien de conversations pénibles remettons nous à demain jusqu’à ce que les choses sentent le roussis et que la soupape explose ? Il faut pourtant bien s’entraîner, et à partir de maintenant, je vous invite à trouver votre pratique personnelle avec ces différentes étapes :

  1. Partez de vous : qu’est ce que la situation à laquelle nous ne souhaitez plus être confronté vous fait ressentir ? Peur, angoisse, baisse d’attention, ennui, insécurité etc… ? Mettez un mot sur votre malaise. Quand une personne écoute la musique trop fort je commence par lui dire: je n’arrive pas à me concentrer car le volume de votre musique me dérange. L’avantage est que la personne ne peut pas vous contredire, vous ne l’avez pas critiqué, elle ne se sent pas attaquée.
    Si vous estimez n’être pas assez payé, commencez par –> je ne me sens pas valorisé avec ce salaire. Ne dites pas: je ne suis pas assez payé.
  2. Insistez: Si votre interlocuteur commence à argumenter, revenez à votre ressenti, vous pouvez dire la même phrase plusieurs fois avant que la personne ne comprenne…. Trouvez des synonymes !
  3. Proposez une solution : c’est vous qui soulevez le problème, la moindre des choses est de proposer une solution. Pour cela ne vous contentez pas de demander quelque chose d’arrangeant pour tout le monde… Vous regretterez ! Quand je discute avec mes amies je leur demande : dans le meilleur des mondes, si tout était possible, si tu étais certaine que ce que tu demandes soit accepté, que demanderais tu dans le meilleur des mondes ?! Et là, les réponses sont franchement différentes… Trop d’entre nous se contentent du verre à moitié plein. En général les réponses à cette question ne sont même pas exubérantes, c’est juste que nous n’y avions pas pensé.
  4. Ne dites jamais non : il est très rare de m’entendre dire non à quelqu’un, faites une tournure à la japonaise, un oui avec une énorme condition, si énorme que la personne en face devra rebrousser chemin.
    Parfois, une personne vient me demander un cours gratuit, souvent un cours d’essai gratuit. Si vous me connaissez, la réponse est catégoriquement non dans ma tête, mais je ne dis jamais (rarement) non à un/une élève. Je lui dirais plutôt: un cours gratuit ? Ça va être difficile mais ce que je peux faire c’est le déduire de votre abonnement si vous prenez l’abonnement aujourd’hui. Je n’ai pas dit non mais j’ai offert une alternative; je n’ai pas dit non, on ne fait pas ça chez nous!
  5. Insistez sur votre volonté: dites ce qui est important pour vous et votre interlocuteur. J’aime mon travail et je souhaite fournir le travail le plus efficace et juste possible. Je souhaite que notre relation amoureuse fleurisse (et oui les discussions difficiles ne sont pas que pour la sphère professionnelle). C’est important pour moi que vous veniez prendre des cours dans les meilleures conditions possibles.
  6. Demandez l’approbation: ne partez sur l’impression que l’autre personne a compris, soyez-en sûre: penses-tu que cette solution soit réalisable ? Es tu d’accord pour essayer ?

Évidement vous n’utiliserez pas les 5 points pour tout le monde, je n’ai pas insisté sur ma bonne volonté avec la jeune demoiselle du métro et vous n’aurez pas à demander l’approbation à votre boss, il/elle vous la donnera ou pas, ce sera très clair 🙂

En quoi est ce que tout ceci est relié au yoga ? Pourquoi le lisez-vous dans un blog de yoga ? Et bien tout ceci tombe sous le principe d’Asteya. Quand vous ne vous affirmez pas, vous vous volez à vous même ! Vous volez votre patience, votre quiétude, votre droit au bonheur !
Pratiquez tout petit au début comme mon exemple du métro, n’attendez pas d’être assise depuis 10min pour formuler votre argument, demandez directement à la personne ce dont vous avez besoin, de la place, de baisser le volume de la musique, etc….

Pratiquez avec une amie qui vous pose un lapin ! Pas d’excuses les amies: si vous me posez un lapin nous aurons cette conversation : quand tu annules un rdv au dernier moment, j’ai l’impression que tu ne donnes pas de valeur à notre amitié, que tu ne donnes pas de valeur à ma présence et à mon temps et ça me blesse (oui il faut avouer votre sentiment). lLa prochaine fois je préfère que tu m’appelles la veille (ou l’avant veille etc…) c’est important pour moi, notre amitié est importante et je ne voudrais pas qu’elle s’interrompe.

Bonne pratique bisous !
Si vous avez pratiqué et que vous voulez nous dire comment ça c’est passé, ou si vous avez d’autres astuces je serai ravie de les lire dans les commentaires et je suis sûre que toutes les lectrices/eurs en profiteront 🙂

friends jumping

 
 

 

Article publié le 8 mars 2015